Simulation de crédit renouvelable

Si l’on décide d’effectuer une simulation sur un crédit, quel qu’il soit, c’est surtout pour mesurer quel sera le taux d’effort auquel nous devrons consentir pour le rembourser. Car c’est bien sur les mensualités que notre regard se pose. Et cette mensualité est fonction de plusieurs paramètres ; le taux du crédit, sa durée de remboursement, et, bien sûr, la somme empruntée. Il en va de même pour un crédit renouvelable que pour tout autre crédit. Même si ici, nous avons la possibilité de choisir le montant de notre échéance mensuelle.

Sachant cela, regardons de plus près les crédits renouvelables. Car ces derniers sont très particuliers. A commencer par leurs taux. Pour la même somme empruntée, un crédit renouvelable peut s’avérer être à la fois bien moins cher et bien plus couteux qu’un prêt amortissable. Simplement du fait de la durée de remboursement. Il n’existe aucune pénalité de remboursement anticipé sur une réserve d’argent. C’est même un des principes de base de ce type de produit ; pouvoir rembourser l’intégralité quand bon nous semble.

Donc, pour une somme équivalente, si nous choisissons une échéance très élevée, le remboursement sera rapide, et ne coûtera pas grand-chose en intérêts. Mais si nous optons pour une mensualité basse, afin de préserver notre budget mensuel, alors le coût grimpera en flèche. L’échelonnement des remboursements sera d’autant plus long que la mensualité est basse.

Simulation.

Parce qu’un petit calcul sera toujours plus clair qu’un long discours, prenons un exemple concret. Faisons la demande d’une enveloppe de 6 000 € sur un crédit renouvelable. Et dépensons tout de suite 1 250 €. Voyons ce que donne la simulation.1

Avant d’aller plus loin, sachez que les nouvelles dispositions en vigueur depuis la mise en application des lois Lagarde considèrent qu’un crédit renouvelable doit être remboursé dans un délai maximum de trois ans si le montant emprunté est inférieur à 3 000 €. C’est le cas dans notre exemple.

Si nous choisissons pour la mensualité la plus basse possible, c’est-à-dire celle qui nous donne 36 mois pour rembourser, nous obtenons ceci :

Une mensualité de près de 52 €, pour un coût total du crédit de près de 600 €. En rapport capital/intérêts, cela nous donne une mensualité fractionnée telle que suit : 34 € de capital remboursé, pour 18 € consacrés aux intérêts et à l’assurance du prêt. Mais le chiffre le plus important, c’est bien le coût total du crédit. Comme vous le voyez, en prenant notre temps, de façon à ne pas grever notre budget mensuel, nous atteignons un coût total de près de 50 % de la valeur empruntée !

A titre de comparaison, doublons notre échéance mensuelle :

Pour 104 € de mensualité, nous remboursons en 15 mois. Mais le constat le plus important à faire est ici : Sur ces 104 e de mensualités, seulement 20 € sont dévolus aux intérêts et à l’assurance. Ceci est du au mode calcul des remboursements de crédits renouvelables. La somme des intérêts est quasiment fixe, quel que soit le montant de la mensualité. Si bien qu’une mensualité basse augmente drastiquement le coût. De fait, plus notre budget est serré, plus notre échéance est basse, et plus nous payons… Dans ce second exemple, le coût total des intérêts et des assurances revient à moins de 20 % du montant emprunté.

De fait, peu importe les taux finalement. C’est la durée de remboursement qui fera le coût de votre prêt. Et c’est en cela que les crédits renouvelables peuvent s’avérer être des pièges. C’est pourquoi d’ailleurs, le package des lois Lagarde prévoit que pour toute somme supérieure à 1 000 €, un conseiller doit pouvoir proposer un prêt amortissable, afin d’établir une comparaison dans les remboursements.